Colonies alternatives, des vacances pour enfants et ados autrement. En quoi est-ce différent ? Quelles intentions pour une dynamique de groupe vers plus de bienveillance et de coopération ?


 

 

vacances différentes

nous préférons le terme séjour de vacances à "colos" meme si elles sont alternatives

A leur début, « les jolies colonies de vacances » ont entraîné les groupes vers une certaine uniformité : on s’y levait tous à la même heure, pratiquait des activités sans avoir de choix, souvent sans mixité et avec peu de moyens matériels. C’était le règne de la débrouille avec son lot d’aventures plus ou moins réussies....

En réaction à cette uniformité, avec des séjours tape-à-l’oeil, des destinations exotiques et des activités sophistiquées, ne vire-t-on pas aujourd’hui vers son contraire ? Consommation, individualité et une certaine recherche du « meilleur immédiat » pour les enfants ?

 

Pourtant, les avancées de la réflexion éducative permettent de répondre vraiment aux nouvelles attentes des parents. Pour apporter à nos enfants plus de sérénité, de bien-être, des repères établis sur des valeurs humaines positives et non sur une consommation démesurée, le chacun pour soi ou la violence. Plutôt que formater des individus, le groupe peut révéler les personnalités, aider les différences à se transformer en complémentarités. Des projets pour susciter le goût du sens, le désir de curiosité et se donner le temps de sentir.

 

C'est dans la continuité de l’éducation populaire qui place les valeurs humanistes au cœur du projet pédagogique que nous parlons de séjours de vacances pour les jeunes.

des vacances autrement ?

Nous estimons que la force du collectif se caractérise par la richesse spécifique et révélée de chaque individu qui le compose. C'est le travail fondamental de l'équipe accompagnante que de favoriser une posture d'écoute, d'accueil des différences, de non jugement et des balises du vivre ensemble.
Nous parlons là d'un "cadre souple". La demande de l’adulte est liée à un besoin précis, par exemple d’hygiène, de sécurité, de respect… C’est là le cadre. Il existe cependant différentes stratégies pour le respecter, y compris celles proposées par l‘enfant. C’est là la souplesse, et c'est là que l'on se rencontre !

 

En collectivité comme en famille, nous avons aussi à gérer des débordements émotionnels, des dérapages "non contrôlés", ou encore des attitudes défiantes... Ces possibles nous autorisent aussi à dire Non ....

 

Cette vision nous autorise aussi à dire NON, à monter le ton, demander une médiation ou encore utiliser une sanction éducative et réparatrice, surtout si un jeune place les autres dans un souci de sécurité matériel ou affective. Considérant que toutes ces interactions, lorsqu'elles restent dans le lien et ouvertes, alimentent le terreau du "grandir ensemble".


 

Plus de précisions sur le descriptif du séjour Bouge le Monde, coeur de projet de l'association.
également nos projets pédagogiques et quelques outils dans notre onglet pédagogie

 

 


Pour illustrer ces propos, voici un cours extrait d'un interview de membres de nos équipes formés en Communication NonViolente répondant à la question : La posture de l’adulte qui est « valeur d’exemple » est dure à tenir avec le rythme, le programme, les interactions entre jeunes. Quel chemin emprunter pour que ça marche dans l’équipe pédagogique ?


Pascal Gbahode : d’abord je me suis entraîné à écouter mes besoins enfouis : connexion, partage, expression de mes sentiments... Donc à créer un espace pour cela. Aussi on sait qu'on peut se tourner vers les autres membres de l'équipe pour se recharger, chacun étant recruté sur ces valeurs communes.

 

Christophe Vincent : Le mieux vivre ensemble nous relie. L’intention, l’objectif et les outils sont clairs et partagés par tous. La cohésion et le soutien de l’équipe d’adultes sont compris et reproduits par les enfants. Chacun est vigilant à l’état de ses collègues, et cet appui permet d’avoir toujours de l’énergie pour continuer à porter ce cadre. Un exemple pour illustrer les élans d’ouverture et de participation. Un jour, quelques enfants ne voulaient rien faire. Une démarche classique les auraient obligés à participer à une activité. Nous leur avons demandé ce qu’ils voulaient faire... L’une a suggéré vouloir écouter de la musique. Les 10 enfants ont commencé à écouter de la musique, puis se sont mis spontanément à danser, et au final ont éprouvé beaucoup de joie et de plaisir. Et cette idée, nous les adultes, nous ne l’avions pas en tête. C’est grâce à l'écoute et à la souplesse du cadre que les jeunes ont pu donner corps à une idée vivante à ce moment.


Le centre de vacances, le groupe en général, avec son terreau exceptionnel d’actions-réactions peut être un lieu privilégié pour faire de ses micros événements, un prétexte pour cheminer.

 

 

"Donner avec bienveillance est autant au bénéfice de celui qui donne que de celui qui reçoit"

Cette phrase de Marshall B. Rosenberg (fondateur de la Communication NonViolente) résume bien ce que l'on peut trouver  au Petit Prince tant en y travaillant et qu'en en repartant.

Laureline S. - Animatrice - Bouge le Monde Eté 2017

Pour recevoir les news de nos activités :

Facebook Chateau d'Alleret

 


Et les vacances alternatives en famille ? Pour couple ou célibataire de tout âge ? Grands parents ? Bébés ?